Le gouvernement bruxellois allonge la liste des cafés classés de la capitale

Le gouvernement bruxellois allonge la liste des cafés classés de la capitale

Le gouvernement bruxellois a décidé de classer comme ensemble les façades avant des immeubles ainsi que les salles de consommation du rez-de-chaussée, des cafés Le Laboureur et La Ruche, situés boulevard Jamar 1a et 1b à Saint-Gilles. Ces établissements complètent une liste étoffée de débits de boisson protégés à Bruxelles.

Dès les années qui ont suivi sa naissance en 1989, la Région s’est intéressée à ce patrimoine qu’elle a souhaité préserver. Les deux cafés La Ruche et Le Laboureur s’inscrivent dans la typologie des brasseries bruxelloises du début du 20e siècle, situées dans le quartier du Midi. Presqu’en face de ceux-ci, une autre brasserie marquante dans le paysage bruxellois, l’ancienne Caulier Express Midi, à la façade publicitaire, classée, abrite aujourd’hui l’Avenida.

Selon le secrétaire d’Etat en charge de la protection du patrimoine, Pascal Smet (one.brussusl-sp.a), ces trois cafés illustrent ainsi la multiculturalité de Bruxelles, ville en perpétuelle évolution plongeant sans cesse dans son histoire et ses traditions pour créer un présent bien vivant.

La façade de style éclectique d’inspiration néoclassique des deux cafés classés ce jeudi date de 1875. Elle témoigne de ce qu’était la place de la Constitution lors de l’implantation de la gare du Midi au début du XX ème siècle. La Région a voulu aller plus loin en préservant l’intérieur du bâtiment et notamment les peintures et le vitrail. Toujours d’après Pascal Smet, des travaux de rénovation et de transformation ont été arrêté en 2014 et 2016.

L’éventail des établissements bruxellois classés est large et représentatif. Il se compose notamment d’estaminets typiques du centre-Ville, installés (parfois au 20e siècle) dans des maisons anciennes, comme La Fleur en papier Doré (rue des Alexiens), l’Estrille du Vieux Bruxelles, voire l’estaminet du Théâtre Toone ainsi que de de vieilles auberges et estaminets des faubourgs, souvent établis le long des chaussées. Dès le troisième quart du 19ème siècle, on vit l’apparition de grands cafés sur les boulevards du centre nouvellement créées, et les rues adjacentes, comme le Falstaff et le Cirio, deux établissements de part et d’autre de la Bourse; le café de l’hôtel du Métropole place de Brouckère, le café Greenwich rue des Chartreux, tous classés. Mais ces exemples sont loin de constituer une liste exhaustive de tels lieux classés.

Belga (Photo : Instant Street View)

Source

Aller à la barre d’outils