Autrement : une autre banque est-elle possible?

Autrement : une autre banque est-elle possible?

Une banque “coopérative, durable et éthique” est-elle possible? C’est le thème de l’émission Autrement de ce mardi sur BX1. On y parle notamment du projet NewB.

Une nouvelle banque va peut-être voir le jour. Son nom : NewB. Les initiateurs du projet la veulent “coopérative, durable et éthique”. Ils ont l’ambition de proposer une offre unique sur le marché. Ils doivent récolter 30 millions d’euros pour lancer le projet. A ce stade, pas loin de 9,6 millions d’euros ont déjà été reçus au près de 12 000 souscripteurs.

Cependant, l’investissement comporte des risques. Sur le site de NewB, on peut y lire : “Investir dans les parts de NewB comporte dès lors des risques élevés. En particulier, l’investisseur court le risque élevé de perdre une partie ou la totalité du montant investi”.

“Depuis le début, on a volontairement mis des plafonds d’investissements : 20 euros au départ, puis 100, puis 1000. Aujourd’hui, on ne met plus ces plafonds-là. On met les avertissements qui nous paraissent justifiés d’être mis. Mais en plus, on met une garantie. Cela veut dire que les gens qui investissent aujourd’hui seront intégralement remboursés si soit on n’atteint pas les 30 millions à la fin du mois. Dans les trois jours, ils sont remboursés intégralement. Et de la même manière, si on les atteint mais que malgré tout, la banque européenne ne nous donne pas l’autorisation en février, il y aura un remboursement intégral”, rassure Bernard Bayot, fondateur de la banque NewB.

Roland Gillet, professeur d’économie à l’ULB, avertit : “Le milieu bancaire est déjà fort concurrentiel. En Belgique, on est déjà surbanquisés avec des gros acteurs qui font face à des phénomènes qui ne sont pas sous contrôle car ils sont encore en voie de développement comme, par exemple, la digitalisation et de gros acteurs comme Facebook, comme Google qui se mettent sur le marché également du système de paiement. On le voit maintenant avec la cryptomonnaie comme le Libra. Donc, il y a vraiment un secteur en pleine mutation”.

Des produits éthiques et durables se retrouvent dans de nombreuses banques. Quelle sera la valeur ajoutée de NewB?

“Aujourd’hui, on a un discours ambiant où tout le monde est favorable au climat. Mais il n’y a pas dévolution du secteur bancaire en faveur de la transition climatique et donc il est indispensable de changer de logiciel. C’est une raison fondamentale de la création de NewB”, répond Bernard Bayot.

Les invités : Bernard Bayot, fondateur de la banque NewB, Roland Gillet, professeur d’économie à l’ULB, Frank Vanaerschot, collectif “Belfius est à nous” et Isabelle Philippe, directrice de Credal.

YdK

Regardez notre émission dans son intégralité

Source

Aller à la barre d’outils